Publié par : mtgeneve | 2 septembre 2018

MT et SSPT : témoignage d’un policier

Police-IMG_4105

La Fondation David Lynch que je (Léonard Stein, auteur de ce blog) représente pour la Suisse a été lancée par le célèbre cinéaste en 2005 pour apporter la Méditation Transcendantale (MT) aux personnes souffrant de stress traumatique aigü (SSPT) et autres difficultés.

Le texte ci-dessous est le témoignage d’un policier français qui a appris la MT tout récemment avec l’aide du Fonds David Lynch France. Parfois choquant par sa franchise, il illustre bien l’emprise du stress post-traumatique, puis le soulagement qu’apporte le profond repos de la MT même après quelques semaines seulement.

Objet : Lettre de témoignage anonyme sur les bienfaits de la pratique de la méditation transcendantale en ce qui concerne le syndrome de stress post-traumatique.

Je suis policier depuis une vingtaine d’années, marié et père de deux enfants.

J’ai exercé dans plusieurs commissariats dans des services différents.

Comme la majorité de mes collègues, quelque soit le service où il m’a été demandé d’exercer mes missions, j’ai été confronté de manière quotidienne à la mort, à la violence et à des situations sordides voire très choquantes.

En ce qui me concerne, je n’ai jamais été préparé ou formé à ces situations choquantes et aussi difficiles psychologiquement.

Aucun débriefing n’a jamais été fait après ces missions afin de jauger l’impact psychologique que cela avait pu avoir dans nos esprits.

Ayant eu un début de parcours de vie assez difficile, j’ai peut-être eu une prédisposition à être plus fragile psychologiquement, mais ne sommes-nous pas que des hommes après tout ?

Mes premières « découvertes de cadavres » ont été marquantes sans compter les histoires sordides que nous sommes malheureusement amenés à gérer  régulièrement.

Comme beaucoup de policiers, j’ai évolué dans ma profession et j’ai obtenu rapidement la qualité d’officier de police judiciaire et j’ai obtenu assez rapidement un poste d’enquêteur dans une unité d’investigation.

En tant qu’enquêteur, je suis intervenu sur de nombreuses découvertes de cadavres dues à des morts violentes constatées sur la voie publique ou dans des domiciles,  j’ai également dû assister à des dizaines d’autopsies où ma tâche était de placer sous scellés des organes prélevés sur des corps découpés entièrement devant mes yeux. 

Mes troubles se sont assez vite matérialisés  sans que je ne m’en rende vraiment compte.

Ça a commencé par des cauchemars de plusieurs jours où je criais dans mon sommeil pour me réveiller en sursaut puis sont venues les visions, des images de personnes décédées, qui me revenaient à l’esprit quand j’étais éveillé sans que je ne puisse maîtriser quoi que ce soit.

Par exemple, si je voyais un portique avec des balançoires, je voyais un pendu au bout d’une corde.

Une eau trouble dans un cours d’eau me ramenait des visions de noyés, un pont = suicidé, même un simple mot prononcé lors d’une enquête pouvait me ramener à des reviviscences.

Les symptômes se sont accentués au cours du temps jusqu’à ce que je perde le fil d’une conversation où que je me retrouve à contresens de la circulation, perdu dans mes pensées obscures.

Vers la fin, je pouvais devenir plus agressif dans mes paroles jusqu’à ce que mon corps et mon esprit veuillent mettre un terme à toute ces souffrances sans maîtrise aucune.

J’ai failli mettre fin à mes jours avec mon arme de service que j’avais à disposition en permanence mais les images projetées dans mon esprit de mon épouse et de mes filles m’ont empêché d’aller jusqu’au bout.

Mon esprit a retrouvé momentanément sa raison, j’ai eu cette chance.

Devant mon état de santé qui s’était dégradé (épuisement, perte de 6 kilos en 1 mois et demi), mon épouse, très présente, s’est rendue compte que j’étais très affecté et a mis en évidence tout ce que je ne voulais pas voir.

Je ne m’étale pas sur le gros craquage au boulot et mes états d’âme très difficiles à gérer pour mon entourage…

Mon épouse formidable s’est de suite mobilisée pour trouver des solutions et s’est rapprochée des FFOC (Femmes des forces de l’ordre en colère) .

Lors des échanges avec les différents membres de cette association, ma femme formidable a rencontré une autre femme formidable (Nénette) mobilisée pour les militaires atteints de symptômes de stress post-traumatique, dont elle est l’ambassadrice.

C’est cette personne qui nous a conseillé d’essayer la pratique de la méditation transcendantale en nous précisant que son mari était atteint du trouble SSPT et que les séances de MT l’avaient beaucoup aidé.

Elle nous a expliqué qu’il était nécessaire pour cela de passer une petite formation de 4 jours dispensée par un professeur de MT.

Monsieur Philippe CHAUVANCY, Président du Fonds David Lynch France qui finance et développe ce projet auprès des personnes souffrant du syndrome traumatique, nous a mis alors en relation avec Monsieur  Thierry JAMART, professeur de médiation transcendantale pour notre secteur d’habitation.

J’ai suivi alors une formation de 4 jours (2 heures/jour) où j’ai pu apprendre la technique de la pratique de la MT.

Pour que les effets soient notables, il faut accorder 20 minutes de son temps au matin et 20 autres minutes en fin de journée.

J’ai tout de suite su maîtriser aisément la technique et honnêtement il n’est pas nécessaire de sortir de l’école de Saint-Cyr pour saisir celle-ci, il suffit [presque] de ne rien faire en fait…

Dès les premières séances, j’ai tout de suite ressenti un état d’apaisement, je me sentais ressourcé, plus organisé dans mes pensées, moins confus, beaucoup moins stressé.

Mes enfants et ma femme m’ont senti plus disponible avec peut-être plus d’entrain.

Durant la pratique, j’ai ressenti comme de l’énergie qui me parcourait le corps des pieds à la tête, phénomène qui s’accentuait en fin de méditation pour avoir la sensation de ne plus sentir mon corps, j’avais la sensation d’être dans une bulle.

Cela fait maintenant 2 mois que je pratique chaque jour la méditation et je dois dire qu’objectivement, la pratique de la méditation transcendantale me fait beaucoup de bien au quotidien.

J’ai toujours cette même sensation d’énergie qui m’envahit au cours des séances et c’est loin d’être désagréable.

Le phénomène de « reviviscences » s’est largement atténué, j’appréhende beaucoup mieux les apparitions de ces visions d’horreur qui se font vraiment très rares maintenant et sont moins longues dans la durée.

En conclusion, en ce qui me concerne, je dirais que la méditation transcendantale a marqué des effets très positifs sur le syndrome de stresse post-traumatique dont je suis atteint.

Merci aux différents acteurs que j’ai pu citer dans mon témoignage.

Pascal X, Officier de police judiciaire

Vous souffrez de stress post-traumatique ou vous connaissez un proche qui en souffre ? La MT peut aider. Un soutien peut être apporté par le bureau de la Fondation David Lynch pour accéder à la formation en cas de difficultés financières avérées. Pour la Suisse, veuillez contacter Léonard Stein : leonard@fondationdavidlynch.ch Pour la France, veuillez contacter Philippe Chauvancy : philippe@fondsdavidlynch.org

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :