Publié par : mtgeneve | 23 mai 2012

A quoi servent les désirs ?

DESIRS, DESIRS

Certaines traditions considèrent les désirs comme un obstacle au bonheur, une réalité qu’il faut tenter de réprimer, dont il faut se libérer. S’il est vrai que la personne heureuse et épanouie n’est pas esclave de ses désirs, ces derniers ne sont pas intrinsèquement mauvais : ils sont la force d’évolution qui nous pousse à devenir un peu plus épanouis tous les jours et les réprimer serait contre nature.

Il y a bien sûr des désirs plus ou moins utiles au progrès, mais tous sont une tentative d’accéder à plus de bonheur. Et si l’on peut dire que les désirs sont souvent cause de souffrance, c’est en fait l’incapacité à réaliser les désirs qui provoquent la frustration et la souffrance.

Maharishi, le fondateur de la technique de Méditation transcendantale, a toujours insisté sur le caractère absolument naturel du désir et sur la valeur de cette force d’évolution dans la vie humaine : le désir nous pousse à réaliser de plus en plus de notre potentiel et il n’est aliénant qu’en l’absence de l’expérience du Soi, ce niveau silencieux et non changeant de nous-mêmes qui est au-delà des désirs. Par la pratique régulière de la technique de MT  qui dissout le stress et élargit la conscience, le Soi commence à être vécu dans le quotidien — on vit naturellement le contentement, l’énergie et la créativité caractéristiques de l’expérience du Soi intérieur, mais les désirs ne disparaissent pas pour autant. Ces derniers deviennent plus positifs, plus utiles, moins égoïstes et plus universels et continuent à nous pousser vers un plus grand épanouissement. Ils sont de moins en moins aliénants car le but du désir, le bonheur, est déjà atteint dans une large mesure par la pratique régulière de la méditation.

Par la pratique de la MT, d’une part les désirs deviennent plus justes et d’autre part la capacité à atteindre nos objectifs, à réaliser nos désirs augmentent. En effet, la pratique de la méditation développe une vision plus claire, permet de meilleurs choix, raffine l’intuition et nous permet de penser beaucoup plus en harmonie avec les lois de la nature qui sous-tendent l’évolution et le progrès. L’expérience commune de celles et ceux qui pratiquent la MT est que les désirs justes et utiles se réalisent avec plus de facilité, la vie s’écoule plus facilement vers des stades de réalisation supérieurs.

En fait, les enseignements qui conseillent d’étouffer les désirs le dont parce que dans l’expérience de la réalisation du Soi, on trouve à l’intérieur de soi tout ce que l’on peut désirer à l’extérieur — dans laquelle il n’y a plus rien à désirer.  Mais en l’absence de la joie profonde et de la plénitude caractéristique de cet état, vouloir étouffer le désir revient simplement à vouloir éliminer la force naturelle qui nous pousse vers plus de bonheur. Les désirs se dissolvent naturellement dans l’absolue félicité de l’Etre intérieur, mais tenter d’éliminer les désirs n’apportera pas la joie profonde que chacun recherche.

Maharishi répond ci-dessous à la question d’un étudiant sur la valeur des désirs en général :

« [Le but des désirs] est l’avancement, l’évolution (rires). Le désir ne nous réduit pas en esclavage comme le monde entier l’a mal compris durant des milliers d’années : “le désir c’est l’esclavage, le désir c’est l’esclavage.” Le désir n’est pas l’esclavage, c’est l’incapacité à maintenir la conscience du Soi au milieu de tous les désirs qui nous réduit en esclavage.

Le désir est la base de l’évolution, parce que le désir est toujours pour plus et plus. Et il est légitime pour tout niveau de vie de désirer un niveau supérieur. La vie est ainsi faite.

Le mot sanskrit samsara signifie le monde. Il vient de la racine sansarati, « ce qui continue encore et encore. » Même si cela change, cela continue encore et encore. Ceci est le samsara.

C’est la nature du monde de continuer encore et encore. Et ceci a lieu sur la base du désir. Plus et plus et plus – que l’on atteigne l’objectif ou pas, mais il y a toujours cette tentation. Toute la vie coule vers cela, davantage et davantage.

Ainsi c’est le propre de la nature d’aller vers plus et plus. C’est naturel. Le processus de l’évolution s’accomplit sur la base du désir. Le désir n’est donc pas l’esclavage – l’incapacité à rester nous-mêmes dans les vagues du désir est l’esclavage. Le désir nous élève (rires). Il est la base de tout progrès. Le désir mène à la plénitude.

C’est l’incapacité du Soi à se maintenir [ à être vécu au niveau conscient] qui est la cause de l’esclavage. Et le Soi commence à se maintenir lorsque l’esprit devient familier avec lui. Lorsque le Soi vient au niveau conscient, alors le Soi commence à se maintenir. Aussi longtemps que le Soi n’est pas au niveau conscient, il ne peut être maintenu. »

LS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :